Anorexie masculine recherches

Dossier de psychologie sur l’Anorexie Masculine

 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

L’anorexie inversée

Bonjour à tous, après de longs mois sans nouvelles sur l’anorexie, je vous mets ci-après un lien vers un article de 4 pages sur l’anorexie inversée.

Très intéressant, à lire sur Service vie.com

« Les hommes n’échappent pas à l’obsession du corps parfait. Ce que l’on appelle la dysmorphie musculaire, ou anorexie inversée, est une variante des troubles alimentaires et concerne les hommes et les athlètes.

Les hommes qui souffrent de dysmorphie musculaire ou d’anorexie inversée, aussi connu sous le nom de complexe d’Adonis, ne trouvent jamais leurs muscles assez gros, par opposition aux anorexiques qui ne se trouvent jamais assez minces. « Les hommes sont beaucoup plus préoccupés par la musculature que par la maigreur », rapporte le Dr Howard Steiger, chef du Programme des troubles de l’alimentation à l’Institut Douglas quand on lui parle d’anorexie chez les hommes. « La musculation, c’est un peu l’équivalent. Il y a beaucoup de compulsion autour du corps. Mais ils peuvent avoir une obsession avec leur corps sans que ce soit de l’anorexie nerveuse », poursuit-il.

Cette obsession pour les abdominaux taillés au couteau et les épaules de culturistes se traduit généralement par un entraînement intensif. Après s’être inscris dans un centre de conditionnement physique pour lever des poids, histoire d’augmenter leur masse musculaire, les hommes qui souffrent de dysmorphie musculaire, entreprennent une diète pour perdre du gras. Ils se lancent dans un programme d’alimentation aux protéines, se font des laits frappés enrichis de suppléments alimentaires et explorent l’univers des stimulants. La plupart en viendront à prendre des stéroïdes et autres produits supposés brûler le gras. »

 

Suite à lire ici (la maladie et les symptômes).

 

Dans : Clinique
Par drinou
Le 5 septembre, 2010
A 21:02
Commentaires : 6
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Nos visiteurs sur ce blog

Bonjour à tous et toutes,

Je voulais vous remercier de passer par ici, de laisser vos témoignages et commentaires.

25 % d’entre vous sont des hommes qui souffrent d’anorexie,

14 % des femmes anorexiques,

8 % êtes parents de garçon souffrant de ce TCA,

et 2 % parents de filles souffrant de ce TCA.

Les autres sont dans la catégorie « autres visiteurs », et représentent quand même 52 % de nos visites.

Merci alors d’avoir voté sur ce sondage, je le laisse encore jusqu’à la fin de l’année, les résultats ne devraient pas beaucoup changer. Vous êtes à ce soir 670 a avoir bien voulu voter.

J’espère que nous pourrons continuer à vous apporter les informations qui vous intéressent. Nous continuons à veiller au moindre indice ! Ce blog n’est pas mis à jour très souvent car sans informations pertinentes nous ne mettons rien !

Merci encore, et à bientôt.

Drinou

Dans : Perso
Par drinou
Le 27 août, 2009
A 21:25
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Qu’en est-il de l’anorexie masculine aujourd’hui ?

Réponse du service Cap’Culture santé

En ce qui concerne l’anorexie, toutes les statistiques s’accordent pour situer la fréquence de ce trouble à 95% chez les femmes et à 5% environ chez les garçons. Cependant la tendance de ces dernières années montre une augmentation des troubles du comportement alimentaire chez les garçons. Il semble que les cas d’anorexie du garçon en période prépubertaire soient plus fréquents qu’à la période pubertaire. 
Le fait que l’anorexie touche majoritairement des filles s’explique, semble-t-il, par le fait que le garçon ait d’autres moyens de vivre son adolescence. L’opposition aux adultes et en particulier aux parents va prendre des formes plus agies : trouble du comportement avec révolte verbale ou physique, opposition sur la scolarité par le refus du travail scolaire, conduites à risques (sports dangereux, drogues, conduites sexuelles à risques)
Source : Anorexie-boulimie, deux maladies à la mode ? par Dr Jacques Maillet 

Pour vous aider dans la rédaction de votre exposé, nous vous conseillons de consulter les ressources suivantes : 
- Le livre Comment vivre avec une anorexique consacre un paragraphe à l’anorexie masculine (p39). 
- L’article L’anorexie masculine, une maladie bien réelle, revue Sportcom Le Mag
- L’article Anorexie : les garçons sont aussi concernés, journal La dépêche

Pour vous aider à définir ce qu’est l’anorexie mentale quelque soit le sexe :
- dossier proposé par l’hôpital Robert Debré Anorexie mentale
- dossier Anorexie : la descente aux enfers, doctissimo.fr 
- Anorexie mentale [D.V.D.] : conférence du 13 juin 2007 / François Lang (conférence disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque Municipale de Lyon)
- Quand l’adolescence fait mal [D.V.D.] / un film de Stéphane Krausz; avec le Professeur Marcel Rufo

 

 

 

Source : http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?s=37e85896a3fb5afb267a271322ac7081&showtopic=34993

Dans : Clinique
Par drinou
Le 4 août, 2009
A 17:53
Commentaires : 7
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

« L’homme est une corde tendue entre l’animal et le surhumain, une corde au-dessus d’un abîme » Nietzsche

Ces mots du philosophe allemand Nietzsche ont – à mon sens – une forte résonnance avec la maladie qui nous touche. Parce que l’anorexique tend à devenir un surhomme, un esprit sans matière, il risque à tous moments de « flancher » et de tomber dans cet abîme. D’un autre point de vue, si l’anorexique parvient par miracle à retrouver un semblant d’équilibre, faisant pour celà le sacrifice de ses aspirations aériennes, n’est-il pas condamné à rester un animal prisonnier de ses habitudes? j’entends par là un homme « obligé » de se nourrir pour vivre; un être dont la liberté ne sera jamais complète, même si ce « jamais’ s’altère avec le temps. Voilà, libres à vous de méditer sur cette réflexion qui m’est venue à l’esprit (tiens, encore ce fameux esprit!   :mad: ) à lecture de Nietzsche.

Dans : Non classé
Par nicool152
Le 8 avril, 2009
A 7:30
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

« Comme un goût de liberté » de Nicolas

Bonsoir à tous,

J’ai l’honneur de vous présenter le nouveau texte de Nicolas !

Merci Nicolas pour ce beau cadeau.

 

 

 » Comme un goût de liberté  »

Encore un jour de plus à arpenter ce maudit métro. Toujours les mêmes têtes qui défilent devant moi. De temps en temps, j’ouvre un œil pour voir s’il y en a un qui me regarde. Non, même pas. Personne ne fait attention à personne ! Suis-je moche ? Suis-je transparent ? Est-ce que j’existe seulement ? Toutes ces questions, je rêve de leur poser, mais je ne le fais pas. Ai trop peur de voir la réalité en face : un ancien anorexique prisonnier de ses angoisses. Un homme qui doit se battre quotidiennement – survivre pour ne pas sombrer…


Chaque matin, il espère que sa journée sera différente de la précédente. Comme un écrivain à la recherche de ses personnages, il passe son temps à inventer une vie aux gens qu’il croise. Dans un sens, on pourrait presque le prendre pour un artiste, mais non, cet homme travaille pour l’Etat. Dans une société inégale où la majorité des gens crève de faim, cet homme a la chance de gagner juste assez pour manger. Mais paradoxalement, la nourriture l’intéresse peu : ses aliments à lui sont les rêves, les odeurs et les couleurs. Un parfum, un sourire ; cela suffit à combler son bonheur ! Soudain, les portes du métro s’ouvrent devant lui. Des affiches publicitaires en pagaille, des murs de béton, une vieille dame agrippée à son sac, comme si sa vie – pourtant remplie de souvenirs – en dépendait ! « Il a l’air bien triste ce monde ! », se dit-il intérieurement. « Triste à en pleurer, même ! » Mais il n’a pas envie de pleurer. A 29 ans, cet homme a déjà eu son lot de souffrances. La maladie a pris une partie de lui ; une partie qu’il croyait perdue à jamais. Heureusement pour lui, son instinct de survie l’a poussé en avant, tel un lion affamé, obligé de rugir plus fort pour pouvoir se faire entendre. Il s’est battu pour rester en vie, mais maintenant, une question le taraude : que va-t-il faire de cette vie ? Rester dans ce bureau poussiéreux ou partir, voyager vers un ailleurs qui, peut-être, lui apportera l’espoir d’un avenir radieux ? Son choix est fait ; il n’ira pas travailler aujourd’hui. Derrière lui, il remarque un collègue qui le suit. Rien. Même pas un regard échangé. Cinq ans qu’il travaille là-bas et pas une seule pensée ne lui vient à l’esprit. Pas une seule. « Cet endroit n’est décidément pas fait pour moi ! », se dit-il. Sur un coup de tête, il décide de se rendre chez son disquaire favori. Là, au moins, il pourra écouter sa musique préférée – pour s’évader !


A l’entrée du magasin, derrière la porte vitrée, il prend plaisir à regarder les dernières nouveautés, alignées tels des sprinteurs parés pour la course. Toujours plus forts, toujours plus rapides ! La porte finit par s’ouvrir sans qu’il fasse le moindre geste. La vendeuse l’a reconnu au premier coup d’œil. A force de se voir tous les midis, une certaine complicité les unit. Complicité qui, aujourd’hui, va évoluer car il se sent le courage d’enfin oser lui parler. Elle en rêvait depuis toujours. Lui aussi. Ils échangent quelques mots timides et finissent par rompre la glace. Cette maudite glace qui a – depuis toujours – régenté sa vie, au point de se croire seul au monde. Le seul à souffrir… Mais maintenant, la solitude n’est plus qu’un lointain souvenir. Il goûte sa liberté, la savoure… et s’en nourrit !

 

Dans : Non classé
Par drinou
Le 3 mars, 2009
A 19:01
Commentaires : 3
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

« Moi aussi j’ai été anorexique et boulimique »

Ce titre est celui du livre de Philippe Benzekri, juriste de 33 ans qui souhaite par son témoignage, apporter des réponses aux hommes qui sont de plus en plus nombreux à souffrir de TCA.

Il nous parle de sa famille. Du rôle que la nourriture et les repas ont au sein du noyau familial. Il met en avant la place de sa mère. Puis le rôle de son père. Ses parents s’aiment. Il a une petite soeur.

Il commence par avoir des anxiétés au lycée, puis au fur et à mesure une phobie sociale va s’installer. Commence alors la descente en enfer avec l’anorexie. Puis quand il se pense sorti des TCA, la boulimie fait surface et prendra tout son temps et sa vie pendant plus de 10 ans.

Son parcours de soins et les traitements qu’il suit nous sont expliqué. Il se bat chaque jour contre la boulimie. Et l’espoir de la guérison est là car il s’en est sorti après plus de 12 ans de souffrance.

Moi aussi j'ai été anorexique et boulimique

Dans : Livre
Par drinou
Le 5 février, 2009
A 18:33
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Votre aide pour faire avancer la recherche sur l’anorexie masculine

Bonjour à tous,

Olivia est une étudiante, comme moi, qui veut elle aussi sortir de l’ombre l’anorexie masculine. C’est une jeune femme avec qui j’ai contact depuis des mois, et je vous assure de sa complète intégrité envers vous.

Dans le cadre de son mémoire elle a besoin de vous !

Voici ci après une lettre de sa part à votre attention :

 

 

Concerne : Collaboration pour un mémoire de fin d’étude

 

Madame, Monsieur,


Dans le cadre de mes études de sciences de la famille et de la sexualité, je dois effectuer un mémoire de fin d’étude. J’ai choisi d’étudier le thème de l’anorexie masculine.


Pour ce, il me faut interroger des jeunes hommes anorexiques.

Si vous êtes parents d’un anorexique ou si vous êtes un jeune homme souffrant de ce trouble, je vous demande votre aide.


Je pense que l’anorexie au masculin n’est pas encore assez étudiée et qu’il est important de la faire connaître au grand public.

Votre témoignage est important pour faire avancer les recherches.


Je serais très reconnaissante de votre aide. Si vous pensez pouvoir m’accorder quelques minutes de votre temps, contactez-moi par l’intermédiaire de Drinou qui vous donnera mes coordonnées.


Une fois ma recherche finie, je vous ferai part de mes conclusions, en espérant pouvoir vous aider.


Cordialement,


Olivia Bodart

 

Dans : Hypothèse
Par drinou
Le 21 avril, 2008
A 17:32
Commentaires : 6
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Pedro : témoignage d’une anorexie vaincue

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je voudrais vous faire connaitre Pedro. C’est un homme qui a vécu l’anorexie (il a été hospitalisé deux fois, est descendu à 38 kg), et qui s’en est sorti.

« Rompre le silence et montrer aux personnes qui vivent cette maladie qu’elles peuvent s’en sortir.

Rompre le silence pour dire aux parents, aux amis, à l’entourage qu’il ne faut jamais baisser les bras face à une personne anorexique. Certes ils ne pourront jamais la guérir mais leur présence sera le principal tuteur d’un soutien toujours nécessaire. »

 

Son blog  est dédié à sa passion, le culturisme, et à l’espoir que l’anorexie peut être domptée.

Pedro a crée un forum sur l’anorexie et les TCA , et afin que vous puissiez en profiter, je créée une catégorie « Forum » qui renverra sur le sien, car sur mon blog, je n’ai pas la possibilité d’en créer un vrai.

Merci Pedro pour votre aide et votre soutien,

Merci à tous,

Drinou

Dans : Témoignages
Par drinou
Le 12 janvier, 2008
A 11:50
Commentaires : 4
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Anorexie masculine et prise de drogues

Dans la plupart des articles sur les comparaisons entre l’anorexie masculine et sa forme féminine, il apparait que les jeunes hommes anorexiques usent de diverses drogues en plus des laxatifs. L’alcool, les opiacés,  les médicaments, les amphétamines sont les « compagnons de route » nécessaires pour tenir face à la souffrance.

ATTENTION, ils sont extrémement dangereux, surtout dans l’état physiologique où vous vous trouvez, dû aux nombreuses carences dont vous souffrez.

 

Je vous copie ci après un témoignage déposé sur le site ABA

 

Anorexie masculine et prise de drogues dans Témoignages moz-screenshot

TEMOIGNAGE D’ALEX (septembre 2004)

Je m’appelle Alex, je suis anorexique et boulimique-vomisseur, j’ai cinquante ans. J’ai vécu une enfance heureuse et comblée. A onze ans j’ai commencé à refuser de m’alimenter. Vers treize ans, la nourriture me dégoûtait franchement. Je cherchais désespérément un moyen de vivre sans manger, et la recherche spatiale me donnait de l’espoir, j’étais persuadé qu’on arriverait aux pilules nutritives ! Je devenais maniaque de la propreté et beaucoup de choses me faisaient horreur. J’étais très sportif et très actif, pourtant à quatorze ans je pesais trente-sept kilos, je grandissais, mais je ne prenais pas de poids. Une longue période de non-dits et de mensonges commençait. Je voulais convaincre mes parents, provoquant parfois de violents désaccords. Je restais toutefois dans la théorie car je ne leur ai jamais dit la vérité sur mon mode de vie : mes convictions religieuses du moment : soufisme, bouddhisme et christianisme me servaient à justifier mes multiples comportements anorexiques : toilettes, au moins cinq par jour, le rasage intégral et le jeûne… A dix neuf ans, le décès de ma femme m’a fait plongé dans la solitude totale. Je devenais complètement fou, j’ai exagéré mes prises de médicaments, je dormais de moins en moins et abusait de l’alcool. De plus, à vingt cinq ans je suis devenu diabétique ! La suite c’est « jusqu’au bout de l’enfer » ! Les amphétamines, le suicide, les hospitalisations et presque la mort.
Je suis un survivant. A quarante-deux ans, sortant du néant, une petite lumière apparaît, je viens de rencontrer le programme de rétablissement en douze étapes. Ivre de désespoir et de souffrance, je me cramponne à cette bouée sans savoir d’où elle vient ! J’étais persuadé d’être seul dans mon enfer.
A ma première réunion, je suis frappé de stupeur d’entendre une jeune femme de dix huit ans raconter ma propre adolescence, et une autre mon suicide. En écoutant les personnes rétablis, je découvrais qu’il était possible d’en sortir, je découvrais qu’il était possible de vivre normalement, de vivre heureux ! J’ai mis un certain temps à me mettre à l’ouvrage, et surtout à accepter ma maladie. Aujourd’hui le travail sur moi avec l’aide des autres est un plaisir, le bonheur est là, et parfois j’ai du mal à réaliser que la souffrance fut mon quotidien pendant autant d’années.

 

Dans : Témoignages
Par drinou
Le 19 octobre, 2007
A 19:12
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : homme anorexique

Troubles alimentaires : corps idéal exagéré ou image corporelle déformée?

Chez les personnes souffrant de troubles alimentaires, une souffrance mentale serait amenée par une image du corps inexacte, c’est-à-dire une représentation mentale du corps qui ne correspond pas à la réalité selon une recherche de Silja Vocks de l’Université de Rhur (Allemagne) et ses collègues.

Les chercheurs ont pris les photos de 56 personnes souffrant de troubles alimentaires et de 209 personnes sans trouble alimentaire. Ils ont ensuite demandé aux participants d’ajuster l’image de leur corps, sur un écran d’ordinateur, jusqu’à temps qu’ils se reconnaissent.
Ils leur ont aussi demandé de donner à l’image virtuelle de leur corps la forme qu’ils souhaiteraient qu’il ait.

Alors que tous les participants avaient des notions similaires de la silhouette idéale, ceux qui souffraient de boulimie et d’anorexie surestimaient tous leur véritable masse corporelle. Au contraire, les participants ne souffrant pas de troubles alimentaires se croyaient plus mincea qu’ils ne l’étaient en réalité.

Donc, c’est une image de leur propre corps erronée, plutôt qu’un idéal exagéré, qui interviendrait dans le développement des troubles de l’alimentation.

Barbara Mangweth, psychologue à l’Université d’Innsbruck (Australie) et des collègues américains sont parvenus à des conclusions similaires dans une étude portant sur des hommes souffrant de troubles alimentaires. Les chercheurs ont comparé 27 participants anorexiques et boulimiques à un groupe de 21 alpinistes et à un groupe de comparaison de 21 participants.

Les participants avaient des idées similaires sur la silhouette masculine idéale mais faisaient des évaluations très différentes de leurs propres corps. À la différence du groupe des alpinistes et du groupe de comparaison, les boulimiques et les anorexiques croyaient tous qu’ils avaient environ 2 fois plus de masse graisseuse qu’en réalité.

Source: Scientific American

Dans : Non classé
Par drinou
Le 12 juillet, 2007
A 10:27
Commentaires : 0
 
12
 
 

ludomanga2 |
espacebeaute |
Sauvegarde de l'environneme... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réveillon 2007 -> 2008
| Formation TSSI
| Le Blog de L'actu et de la ...