Anorexie masculine recherches

Dossier de psychologie sur l’Anorexie Masculine

 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

L’anorexie inversée

Bonjour à tous, après de longs mois sans nouvelles sur l’anorexie, je vous mets ci-après un lien vers un article de 4 pages sur l’anorexie inversée.

Très intéressant, à lire sur Service vie.com

« Les hommes n’échappent pas à l’obsession du corps parfait. Ce que l’on appelle la dysmorphie musculaire, ou anorexie inversée, est une variante des troubles alimentaires et concerne les hommes et les athlètes.

Les hommes qui souffrent de dysmorphie musculaire ou d’anorexie inversée, aussi connu sous le nom de complexe d’Adonis, ne trouvent jamais leurs muscles assez gros, par opposition aux anorexiques qui ne se trouvent jamais assez minces. « Les hommes sont beaucoup plus préoccupés par la musculature que par la maigreur », rapporte le Dr Howard Steiger, chef du Programme des troubles de l’alimentation à l’Institut Douglas quand on lui parle d’anorexie chez les hommes. « La musculation, c’est un peu l’équivalent. Il y a beaucoup de compulsion autour du corps. Mais ils peuvent avoir une obsession avec leur corps sans que ce soit de l’anorexie nerveuse », poursuit-il.

Cette obsession pour les abdominaux taillés au couteau et les épaules de culturistes se traduit généralement par un entraînement intensif. Après s’être inscris dans un centre de conditionnement physique pour lever des poids, histoire d’augmenter leur masse musculaire, les hommes qui souffrent de dysmorphie musculaire, entreprennent une diète pour perdre du gras. Ils se lancent dans un programme d’alimentation aux protéines, se font des laits frappés enrichis de suppléments alimentaires et explorent l’univers des stimulants. La plupart en viendront à prendre des stéroïdes et autres produits supposés brûler le gras. »

 

Suite à lire ici (la maladie et les symptômes).

 

Dans : Clinique
Par drinou
Le 5 septembre, 2010
A 21:02
Commentaires : 6
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Qu’en est-il de l’anorexie masculine aujourd’hui ?

Réponse du service Cap’Culture santé

En ce qui concerne l’anorexie, toutes les statistiques s’accordent pour situer la fréquence de ce trouble à 95% chez les femmes et à 5% environ chez les garçons. Cependant la tendance de ces dernières années montre une augmentation des troubles du comportement alimentaire chez les garçons. Il semble que les cas d’anorexie du garçon en période prépubertaire soient plus fréquents qu’à la période pubertaire. 
Le fait que l’anorexie touche majoritairement des filles s’explique, semble-t-il, par le fait que le garçon ait d’autres moyens de vivre son adolescence. L’opposition aux adultes et en particulier aux parents va prendre des formes plus agies : trouble du comportement avec révolte verbale ou physique, opposition sur la scolarité par le refus du travail scolaire, conduites à risques (sports dangereux, drogues, conduites sexuelles à risques)
Source : Anorexie-boulimie, deux maladies à la mode ? par Dr Jacques Maillet 

Pour vous aider dans la rédaction de votre exposé, nous vous conseillons de consulter les ressources suivantes : 
- Le livre Comment vivre avec une anorexique consacre un paragraphe à l’anorexie masculine (p39). 
- L’article L’anorexie masculine, une maladie bien réelle, revue Sportcom Le Mag
- L’article Anorexie : les garçons sont aussi concernés, journal La dépêche

Pour vous aider à définir ce qu’est l’anorexie mentale quelque soit le sexe :
- dossier proposé par l’hôpital Robert Debré Anorexie mentale
- dossier Anorexie : la descente aux enfers, doctissimo.fr 
- Anorexie mentale [D.V.D.] : conférence du 13 juin 2007 / François Lang (conférence disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque Municipale de Lyon)
- Quand l’adolescence fait mal [D.V.D.] / un film de Stéphane Krausz; avec le Professeur Marcel Rufo

 

 

 

Source : http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?s=37e85896a3fb5afb267a271322ac7081&showtopic=34993

Dans : Clinique
Par drinou
Le 4 août, 2009
A 17:53
Commentaires : 7
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Recherche témoignage pour une émission TV sur TF1

Bonsoir à tous,

Je vous fait un copié collé du mail que j’ai reçu de la part de Lucile, journaliste pour TF1. J’ai regardé quelques unes des émissions « C’est quoi l’amour » afin de savoir de quoi il s’agissait (je n’ai pas la télé, heureusement qu’internet est là !).

Si vous souhaitez la contacter, ses coordonnées sont écrites.

 

« Bonjour,
> Pour le magazine « C’est quoi l’amour », présentée par Carole Rousseau et diffusée sur TF1, nous préparons une thématique sur le POIDS et l’alimentation.
> Pour cette émission, je suis à la recherche de témoignages de personnes souffrant actuellement de troubles du comportement alimentaire en particulier d’un HOMME souffrant d’anorexie et/ou boulimie.
> Les témoignages sont rares chez les hommes, c’est pourquoi je me permets de vous demander s’il est possible de diffuser cet appel à témoignage auprès de votre site?
>
> L’idée est de réaliser un reportage de 15 minutes environ à la diffusion.
> Sur notre plateau, lors de l’enregistrement de l’émission, un spécialiste sera présent pour participer aux échanges, apporter un éclairage médical et suggérer des pistes de guérison. Il n’y aura ni public, ni débat.
>
> Pour des informations supplémentaires concernant l’émission, merci de me contacter au 01 55 04 76 82 ou par mail lucilecqla@yahoo.fr
> Merci pour votre attention.
> Cordialement,
>
> Lucile  « 

Dans : Témoignages
Par drinou
Le 25 novembre, 2008
A 20:08
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Anorexie et homosexualité masculine

Le magazine suisse 360° publie un article très interessant sur l’homosexualité comme éventuel facteur pouvant influencer une anorexie. Le Docteur Perroud psychiatre responsable d’une unité de soin pour les troubles alimentaires à la Clinique des Vallées (France) note : «Les statistiques sont très variables et sont à prendre avec précaution, mais il semble bien en effet que les troubles alimentaires soient un peu plus fréquents chez les homosexuels que dans le reste de la population masculine».

Antonio a 40 ans, il pèse 55 kg pour 176 cm. Le contrôle exercé sur son alimentation lui confère un sentiment de toute-puissance et de maîtrise d’un destin qu’il juge ingrat.  «Je n’ai pas choisi cette homosexualité qui me classe dans une catégorie minoritaire, méprisée par la société.»

Les hommes homosexuels seraient plus enclins à se référer aux canons de beauté masculin (musclés). Le dicktat de la beauté dans la communauté gay semble être omniprésent : François  » Le milieu gay est pire que le milieu féminin. Culte de la beauté, de la jeunesse, de la minceur, c’est un monde impitoyable où il faut être assez fort pour résister ».

 

Tout l’article est ici, c’est la parution de cet été.

 

J’en profite pour remercier 360° d’avoir mis ce blog en lien sur leur page web.

 

 

 

 

Dans : Hypothèse
Par drinou
Le 10 juillet, 2008
A 9:56
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Article de Pathol08 : la place des hommes

D’après certaines estimations, 5 à 8 millions de personnes aux USA souffrent d’un trouble alimentaire, et de ce nombre 10% sont des hommes. Comme pour toutes les victimes femmes, il y a toujours ce sentiment de honte à être la victime d’un trouble alimentaire («je suis dégoûtant», «regarde ce que je me fais à moi-même», «les gens vont penser que je suis fou», etc.) .

D’après les recherches sur les troubles alimentaires chez l’homme, il ressort que les femmes qui développent des troubles alimentaires se sentent grosses avant le début des comportements alimentaires troublés et sont habituellement de poids moyen. Les hommes sont le plus souvent en surpoids avant de développer le trouble. De plus, les hommes qui souffrent d’hyperphagie compulsionnelle ou de frénésie alimentaire (Binge eating disorder) sont moins souvent diagnostiqués puisque la société est plus encline à accepter un homme hyperphage ou en surpoids qu’une femme hyperphagie ou en surpoids.

Bien qu’il soit plus commun de voir des hommes homosexuels souffrir de troubles comme l’anorexie ou la boulimie (ceci étant du à la tendance dans la communauté gay d’accentuer l’importance du succès et de l’apparence), il y a aussi beaucoup d’hétérosexuels qui en souffrent. Ceci renforce le sentiment de honte qu’a un homme hétérosexuel victime de troubles alimentaires : il peut avoir peur que les gens puissent penser qu’il est gay. La honte chez les hétérosexuels comme chez les homosexuels peut aussi venir du fait que ces maladies sont considérées comme étant des «problèmes de femme».

En outre, ils peuvent garder le silence sur leur condition à cause du manque de thérapie et de centres de traitement. Ils peuvent se sentir seuls à l’idée d’être dans un groupe de femmes, de faire partie d’un programme prévu pour les femmes, et même avoir peur qu’un traitement leur soit refusé à cause de leur sexe.

Chez les hommes qui participent à des sports où le poids a une importance, comme chez les jockeys, les lutteurs et les coureurs, on rencontre des risques accrus de développer un trouble alimentaire tels que l’anorexie ou la boulimie. La pression de réussir, d’être le meilleur, d’être compétitif et de gagner à tout prix, combiné à des pressions qui ne sont pas d’ordre sportif (problèmes relationnels, familiaux, abus, etc.) peuvent contribuer au début de leur trouble alimentaire.

Il semble être plus commun pour les victimes de sexe masculin de souffrir simultanément d’alcoolisme et/ou d’usage de drogues (même si de nombreuses femmes souffrent de ces problèmes combinés avec un trouble alimentaire). Ceci peut être du à la nature de leur santé mentale qui est plus encline aux dépendances combinées au fait que la société est assez indulgente par rapport à l’image de l’homme buvant plus que de raison. De plus, les hommes souffrant d’anorexie et de boulimie sont plus sensibles à l’anxiété sexuelle. Il peut également y avoir un lien chez les hommes entre les troubles de l’attention et de l’hyperactivité, l’anorexie, la boulimie et la violence auto-infligée. Chez toutes les victimes, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, on peut retrouver des maladies psychologiques co-existantes, comme la dépression, l’anxiété, le stress post traumatique, des comportements d’auto violence et d’abus de substances, des troubles obsessionnels compulsifs, de personnalité borderline et de syndrome de personnalité multiple.

La chose la plus important à retenir est que la plupart des facteurs psychologiques qui mènent au développement d’un trouble alimentaire sont les mêmes chez les hommes que chez les femmes. Une faible estime de soi, besoin d’être accepté, dépression, anxiété ou maladies psychologiques existantes, incapacité de faire face aux émotions et aux problèmes personnels. Un grand nombre de causes sont les mêmes ou très similaires (problèmes familiaux, relationnels, parents dépendants de l’alcool et/ou de drogues, abus, pression sociale).

Article paru dans Pathol08.com le 20 juin 2003

Dans : Clinique
Par drinou
Le 22 février, 2008
A 23:07
Commentaires :1
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Troubles alimentaires : corps idéal exagéré ou image corporelle déformée?

Chez les personnes souffrant de troubles alimentaires, une souffrance mentale serait amenée par une image du corps inexacte, c’est-à-dire une représentation mentale du corps qui ne correspond pas à la réalité selon une recherche de Silja Vocks de l’Université de Rhur (Allemagne) et ses collègues.

Les chercheurs ont pris les photos de 56 personnes souffrant de troubles alimentaires et de 209 personnes sans trouble alimentaire. Ils ont ensuite demandé aux participants d’ajuster l’image de leur corps, sur un écran d’ordinateur, jusqu’à temps qu’ils se reconnaissent.
Ils leur ont aussi demandé de donner à l’image virtuelle de leur corps la forme qu’ils souhaiteraient qu’il ait.

Alors que tous les participants avaient des notions similaires de la silhouette idéale, ceux qui souffraient de boulimie et d’anorexie surestimaient tous leur véritable masse corporelle. Au contraire, les participants ne souffrant pas de troubles alimentaires se croyaient plus mincea qu’ils ne l’étaient en réalité.

Donc, c’est une image de leur propre corps erronée, plutôt qu’un idéal exagéré, qui interviendrait dans le développement des troubles de l’alimentation.

Barbara Mangweth, psychologue à l’Université d’Innsbruck (Australie) et des collègues américains sont parvenus à des conclusions similaires dans une étude portant sur des hommes souffrant de troubles alimentaires. Les chercheurs ont comparé 27 participants anorexiques et boulimiques à un groupe de 21 alpinistes et à un groupe de comparaison de 21 participants.

Les participants avaient des idées similaires sur la silhouette masculine idéale mais faisaient des évaluations très différentes de leurs propres corps. À la différence du groupe des alpinistes et du groupe de comparaison, les boulimiques et les anorexiques croyaient tous qu’ils avaient environ 2 fois plus de masse graisseuse qu’en réalité.

Source: Scientific American

Dans : Non classé
Par drinou
Le 12 juillet, 2007
A 10:27
Commentaires : 0
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

10 % des anorexiques sont des hommes ?

Selon les études, les statistiques sont différentes. En Norvège, ils seraient 1 pour 3,5 femmes, et selon une étude anglophone, 1 pour 2 filles. Pour la France, 1 pour 10. Mais il est vrai que ne sont souvent décelés que les cas graves d’anorexie chez le garçon.

 

L’âge d’apparition de la maladie se situe presque toujours à l’adolescence, (âge moyen chez le garçon : 17 ans). Si elle apparait après 20 ans, le pronostique est souvent moins bon.

Chez le garçon, c’est souvent aussi un régime qui déclenche le trouble. Par contre, il ne parle pas de poids en tant qu’objectif de minceur à obtenir, mais de gras, de masse graisseuse à éliminer pour obtenir un corps athlétique. Pour se faire, il va faire du sport (de la musculation, de la course d’endurance), mais pas pour perdre du poids ou éliminer les calories (comme c’est le cas chez la jeune fille), mais pour sculpter son corps à son désir. Corps qu’il voit d’ailleurs en patchwork, chaque partie étant scrutée de longs moments dans un miroir comme si elles étaient indépendantes.

 

 

Dans : Clinique
Par drinou
Le 19 janvier, 2007
A 15:54
Commentaires : 17
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Problèmes liés aux troubles alimentaires chez l’homme

Les hommes représentent au moins 10 % des cas recensés d’anorexie. Mais ils sont surement plus nombreux. Ils n’osent pas en parler, ils ressentent la honte d’avoir une maladie de femme, ou ont peur d’être considérés comme homosexuels… De plus, ils ont la crainte de ne pas trouver de structures adaptées pour les soigner.

Chez toutes les personnes souffrant de TCA, la faible estime de soi est ce qui ressort le plus. Ils se sentent dégoutants, ont l’impression que les gens vont les trouver fous…
Il y a aussi souvent des conduites addictives telles l’acoolisme ou la prise de drogue. Chez les victimes de TCA, sont aussi associés des troubles d’ordre psychologiques (dépression, troubles compulsifs obsessionnels, auto violence…).

Sur cet article il y a aussi un lien très intéressant sur les idées fausses sur les TCA.

Dans : Clinique
Par drinou
Le 14 janvier, 2007
A 12:36
Commentaires : 8
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Les affamés du sport

Un article écrit par Mattia Piffaretti, psychologue du sport FSP-ASPS, sur la relation entre l’anorexie et le sport. « LES AFFAMEES DU SPORT ».

Voici un extrait concernant la spécificité chez les hommes :

« Les troubles alimentaires chez les hommes :
Toujours en milieu sportif mais cette fois chez les hommes, la perte de poids de l’athlète vise un objectif instrumental. La maigreur est ici obtenue via des comportements pathogènes (générateurs de troubles) : jeûne forcé jusqu’à l’atteinte del’objectif pondéral, prise de laxatifs et diurétiques, et enfin augmentation de la dépense énergétique. Il faut peser moins pour être plus efficace. Il n’est donc plus question de standards esthétiques mais bien plutôt de nécessité mécanique.

Grâce à sa légèreté, le sauteur à ski va voler comme un oiseau (cf. Le Temps 16 mars 2000), le jockey constituera un petit fardeau pour son cheval et le boxeur pourra combattre dans la catégorie de poids inférieure. A première vue moins alarmante sous un profil psychologique, la répétition de ces conduites alimentaires pathogènes n’est pas sans péril d’un point de vue physiologique. »

Dans : Clinique
Par drinou
Le 11 janvier, 2007
A 21:12
Commentaires : 5
 
 
  • Accueil
  • > Recherche : anorexie chez hommes

Anorexie, homosexualité et complexe d’Adonis

Dans cet article tiré d’un site canadien, l’auteur met en parallèle la dysmorphie musculaire et l’anorexie masculine, beaucoup plus présentes chez les homosexuels.

Il nous donne le cas des hommes qui trouvent leur corps trop peu musclé, voir trop gros, qui vont suivre un régime et faire beaucoup de musculation, jusqu’à l’extrême.

Extrait du texte : Selon M. Leone, (kinésiologue de l’Université de l’Illinois du Sud, qui vient de publier une méta-analyse sur la dysmorphie musculaire dans le Journal of Athletic Training), le complexe d’Adonis est lié aux changements dans les rôles sexuels traditionnels. «Comme les femmes prennent de plus en plus de place dans le monde du travail, certains hommes ont l’impression de perdre le contrôle sur leur vie. Ils se tournent vers le seul domaine qu’ils contrôlent vraiment: la force physique. On peut aussi penser que le phénomène a toujours existé, comme l’anorexie, mais que maintenant on le note davantage parce que les hommes sentent qu’ils peuvent en parler. Avant, un homme ne pouvait pas prendre soin de son poids, de son corps.»

Dans : Témoignages
Par drinou
Le 27 décembre, 2006
A 23:28
Commentaires : 2
 
12
 
 

ludomanga2 |
espacebeaute |
Sauvegarde de l'environneme... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Réveillon 2007 -> 2008
| Formation TSSI
| Le Blog de L'actu et de la ...