Anorexie masculine recherches

Dossier de psychologie sur l’Anorexie Masculine

 

« Comme un goût de liberté » de Nicolas

Bonsoir à tous,

J’ai l’honneur de vous présenter le nouveau texte de Nicolas !

Merci Nicolas pour ce beau cadeau.

 

 

 » Comme un goût de liberté  »

Encore un jour de plus à arpenter ce maudit métro. Toujours les mêmes têtes qui défilent devant moi. De temps en temps, j’ouvre un œil pour voir s’il y en a un qui me regarde. Non, même pas. Personne ne fait attention à personne ! Suis-je moche ? Suis-je transparent ? Est-ce que j’existe seulement ? Toutes ces questions, je rêve de leur poser, mais je ne le fais pas. Ai trop peur de voir la réalité en face : un ancien anorexique prisonnier de ses angoisses. Un homme qui doit se battre quotidiennement – survivre pour ne pas sombrer…


Chaque matin, il espère que sa journée sera différente de la précédente. Comme un écrivain à la recherche de ses personnages, il passe son temps à inventer une vie aux gens qu’il croise. Dans un sens, on pourrait presque le prendre pour un artiste, mais non, cet homme travaille pour l’Etat. Dans une société inégale où la majorité des gens crève de faim, cet homme a la chance de gagner juste assez pour manger. Mais paradoxalement, la nourriture l’intéresse peu : ses aliments à lui sont les rêves, les odeurs et les couleurs. Un parfum, un sourire ; cela suffit à combler son bonheur ! Soudain, les portes du métro s’ouvrent devant lui. Des affiches publicitaires en pagaille, des murs de béton, une vieille dame agrippée à son sac, comme si sa vie – pourtant remplie de souvenirs – en dépendait ! « Il a l’air bien triste ce monde ! », se dit-il intérieurement. « Triste à en pleurer, même ! » Mais il n’a pas envie de pleurer. A 29 ans, cet homme a déjà eu son lot de souffrances. La maladie a pris une partie de lui ; une partie qu’il croyait perdue à jamais. Heureusement pour lui, son instinct de survie l’a poussé en avant, tel un lion affamé, obligé de rugir plus fort pour pouvoir se faire entendre. Il s’est battu pour rester en vie, mais maintenant, une question le taraude : que va-t-il faire de cette vie ? Rester dans ce bureau poussiéreux ou partir, voyager vers un ailleurs qui, peut-être, lui apportera l’espoir d’un avenir radieux ? Son choix est fait ; il n’ira pas travailler aujourd’hui. Derrière lui, il remarque un collègue qui le suit. Rien. Même pas un regard échangé. Cinq ans qu’il travaille là-bas et pas une seule pensée ne lui vient à l’esprit. Pas une seule. « Cet endroit n’est décidément pas fait pour moi ! », se dit-il. Sur un coup de tête, il décide de se rendre chez son disquaire favori. Là, au moins, il pourra écouter sa musique préférée – pour s’évader !


A l’entrée du magasin, derrière la porte vitrée, il prend plaisir à regarder les dernières nouveautés, alignées tels des sprinteurs parés pour la course. Toujours plus forts, toujours plus rapides ! La porte finit par s’ouvrir sans qu’il fasse le moindre geste. La vendeuse l’a reconnu au premier coup d’œil. A force de se voir tous les midis, une certaine complicité les unit. Complicité qui, aujourd’hui, va évoluer car il se sent le courage d’enfin oser lui parler. Elle en rêvait depuis toujours. Lui aussi. Ils échangent quelques mots timides et finissent par rompre la glace. Cette maudite glace qui a – depuis toujours – régenté sa vie, au point de se croire seul au monde. Le seul à souffrir… Mais maintenant, la solitude n’est plus qu’un lointain souvenir. Il goûte sa liberté, la savoure… et s’en nourrit !

 

Dans : Non classé
Par drinou
Le 3 mars, 2009
A 19:01
Commentaires : 3
 
 
 

ludomanga2 |
espacebeaute |
Sauvegarde de l'environneme... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réveillon 2007 -> 2008
| Formation TSSI
| Le Blog de L'actu et de la ...