Anorexie masculine recherches

Dossier de psychologie sur l’Anorexie Masculine

 
  • Accueil
  • > Hypothèse
  • > Prévalence, hérédité et risques prospectifs de l’anorexie nerveuse

Prévalence, hérédité et risques prospectifs de l’anorexie nerveuse

Je fais ci après un copié collé d’un article de 2006, trouvé sur le site « Information hospitalière » :

 

Prévalence, hérédité et risques prospectifs de l’anorexie

L’article du Dr Cynthia M. Bulik et collaborateurs, publié dans Arch Gen Psychiatry de mars 2006, explore la prévalence, l’hérédité et les facteurs de risques prospectifs de l’anorexie nerveuse dans une large population de jumeaux suédois.


 

Pendant une période de quatre ans, ayant pris fin en 2002 tous les jumeaux consentants nés entre janvier 1935 et décembre 1958, soit 31.406 personnes, furent testés pour une série de désordres incluant l’anorexie nerveuse. Les participants retenus furent soit ceux ayant tous les critères de l’anorexie nerveuse lors d’une interview clinique, soit ceux qui eurent un diagnostic hospitalier d’anorexie nerveuse soit ceux dont le certificat de décès incluait ce diagnostic.

La fréquence générale de l’anorexie nerveuse fut de 1,20 % et de 0,29 % chez les participants féminins et masculins respectivement. La fréquence dans les deux sexes fut plus grande parmi les participants nés après 1945. Les résultats ont montré que 56 % du risque de développer le désordre alimentaire est d’origine héréditaire et que la condition est reliée avec des symptômes tels que l’anxiété ou la dépression précocement au cours de la vie.

L’anorexie nerveuse se caractérise par la crainte de devenir obèse, une aversion à la nourriture et le plus haut risque de mortalité parmi les maladies mentales.

Selon les auteurs le risque génétique est le terrain de fond de l’affection et l’environnement le facteur déclenchant. Le pistolet est chargé par la génétique et l’environnement appuie sur la détente. Les personnes génétiquement disposées à l’anorexie nerveuse pourraient être plus sensibles aux facteurs environnementaux tels la lecture de magazines de mode.

Si les gènes menant à l’anorexie nerveuse peuvent être identifiés cela pourrait, selon les auteurs, avoir diverses implications telles que de nouvelles médications. Ils recommandent en outre d’être attentifs aux jeunes enfants qui sont anxieux et dépressifs.


Publié le 09/03/06

 

Dans : Hypothèse
Par drinou
Le 28 octobre, 2007
A 19:04
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

ludomanga2 |
espacebeaute |
Sauvegarde de l'environneme... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Réveillon 2007 -> 2008
| Formation TSSI
| Le Blog de L'actu et de la ...