Anorexie masculine recherches

Dossier de psychologie sur l’Anorexie Masculine

 

Le témoignage d’un papa : lucidité et protection

Témoignage sur http://www.enfine.com/

 

LETTRE OUVERTE AUX PAPAS

Bonjour à tous,

J’ai mis de longues semaines à me décider à vous écrire, mais ce que je lis des enfants n’est plus acceptable.

Ces quelques mots ne viennent pas d’un homme au-dessus des autres mais d’un papa qui a découvert bien tard l’anorexie de sa fille.
Au début tout laissait penser à une crise d’adolescence. Les gens me disaient « ce sont des caprices d’enfants trop gâtés ».
Elle s’entendait mal avec sa mère. Et tous de dire « sa mère est tellement chiante ».
Puis, j’ai cherché à comprendre vraiment. Aidé de tiers, j’ai compris certaines choses que je veux partager avec vous.

Nos filles ne sont pas là pour être jolies, intelligentes, sages, et dociles. Elles ne sont pas les photos qu’on montre aux collègues de travail.
Elles sont fragiles ; elles ont aussi des problèmes qui ne sont plus de l’ordre de l’adolescence.
Un papa c’est comme une maman, il doit savoir se remettre en question.
Nous sommes trop souvent sûrs de notre bonne éducation et, quand il y a un problème, nous avons la parade :  » tu élèves mal ta fille ; avec moi il n’y a pas de soucis « .

Arrêtons ce jeu de massacre : la VIE de nos filles est en jeu.

Dans leur mal être nos enfants ont besoin des 2 parents, qu’ils soient unis ou désunis, qu’ils soient mariés ou divorcés.
Je ne sais pas encore pourquoi mais, nos filles s’en prennent souvent, pour ne pas dire toujours, à leur mère… et les papas laissent faire car c’est bien agréable d’avoir le beau rôle.
Sortir de l’anorexie est un combat qui doit se faire ensemble et surtout avec un intérêt commun : rassurer son enfant.

La mère n’a pas le même travail à faire que le père ; ils doivent être absolument complémentaires.
Le père doit rassurer son enfant, aider la fille à se détacher de sa maman. Cessons d’utiliser la culpabilité : c’est du temps perdu et de la maladie en plus car nos enfants utilisent les failles pour s’enkyster dans la maladie.
Battons-nous avec elles, pas de loin mais au-dessus d’elle : faisons-lui une cloche de protection. Apprenons ce qu’elles vivent et expliquons le à l’entourage. Demandons-leur de ne pas juger, de se rapprocher de l’enfant par un petit texto, un petit mot, une petite attention qui donnera à notre fille tout simplement une lueur dans ses yeux si tristes, si noirs.

C’est un combat difficile mais il faut frapper fort car n’oublions jamais que la personne qui vit cet enfer ce n’est pas nous mais notre enfant.
S’il vous plait apprenons à ne plus être transparents (comme j’ai pu le lire dans les témoignages d’enfants).
La guérison de notre enfant passe par le soutien du père et de la mère.
Prenons le temps de nous documenter sur cette maladie car dans la vie, le temps n’est rien mais LA VIE C’EST TOUT.

J’essaie de suivre ce chemin et je commence à voir de la lumière dans les yeux de ma fille.

(posté le 25/12/03)

 

Dans : Témoignages
Par drinou
Le 22 mars, 2007
A 11:46
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

ludomanga2 |
espacebeaute |
Sauvegarde de l'environneme... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Réveillon 2007 -> 2008
| Formation TSSI
| Le Blog de L'actu et de la ...